Nous vous proposons des dispositifs pour limiter l’impact des cochons sauvages sur vos pelouses et cultures, contactez-nous !

Historiquement, les sangliers étaient cantonnés sur des secteurs forestiers bien délimités et les chasseurs les considéraient comme un gibier rare. À partir des années 2000, cette situation a changé et une large prolifération de l’espèce a été observée, sur l’ensemble des départements français et notamment dans le Sud-Ouest. Le changement climatique et la modification des pratiques agricoles, comme l’augmentation des surfaces cultivées en maïs, colza et pomme de terre, favorisent fortement l’explosion démographique des cochons sauvages. Bien que la régulation de l’animal soit assurée par les fédérations de chasse, il demeure essentiel de protéger vos parcelles si ces laboureurs de terrains on pris l'habitude de pénétrer sur votre propriété.

COMPORTEMENT

Le sanglier possède des compétences physiques largement à son avantage, c’est un animal puissant et robuste, doté d'une endurance et d’une résistance à toute épreuve. C’est par ailleurs un très bon nageur ce qui lui permet de parcourir plusieurs dizaines de kilomètres d’une seul traite. Le sanglier présente des faculté d’adaptation et un taux de reproduction élevé. Également très agile, il peut sauter des clôtures de plus d’un mètre de hauteur et est aussi très à l'aise sur les reliefs escarpés. Son intelligence remarquable le rend difficile à piéger. Blessé, il peut être très dangereux et fait souvent un carnage autour de lui.

Il en est de même pour la femelle dont on s’approche des marcassins, à leurs cris d’alerte la mère charge furieusement. Solitaires tout au long de l’année, les sangliers se retrouvent généralement pour les accouplements. Cet animal est surtout actif de nuit, restant dans son abri pendant la journée. Il a besoin de points d’eau où il se roule dans la boue avant de se frotter contre un arbre et d’y laisser un marque significative qui s’appelle la housure, elle permet de déterminer la taille de l’individu. De comportement très nomade, leurs déplacements nocturnes peuvent atteindre les 50 km.

BIOLOGIE

Les pressions démographiques que connaissent les populations de sangliers à l’heure actuelle les poussent à faire incursion dans les zones résidentielles périurbaines. D’une année sur l’autre la population d’un secteur peut augmenter de 50 à 200 % et les frais consentis pour la protection de sa propriété et la remise en état de son jardin sont entièrement à la charge du propriétaire.

ALIMENTATION

En tant qu’animal sauvage, le sanglier a le statut juridique de « res nullius » qui signifie qu’il n’appartient à personne. De régime omnivore, son besoin quotidien en protéines le pousse à retourner le sol sur 30 cm de profondeur pour trouver des lombrics et des larves présents dans le substrat. Les pelouses entretenues,

riches en vers, sont alors pour eux une aubaine car ils retournent sans difficultés de grandes surfaces. Par ailleurs les déchets alimentaires de type composteur les attirent fortement.

INTERVENTION CHASSEUR DE TIGRES

La pose de clôtures électriques autour des parcelles à protéger apparaît comme un bon moyen de limiter l’impact des sangliers sur les pelouses et cultures. En complément nous utilisons des croquettes alimentaires qui attirent les sangliers et les repoussent car le produit n’est pas bon (effet mémoire). Ce produit à base d’huile de poisson peut être utilisé tout au long de la saison.

Un autre dispositif est désormais disponible pour effaroucher les mammifères nuisibles. Il s’agit de la balise Kryos, développée par la société Bestwarden.

Le principe repose sur la simulation de la présence de prédateurs sur le site à protéger. Les animaux se sentant en danger, les lieux deviennent inhospitaliers. La balise fonctionne nuit et jour, 365 jours par an, et elle est 100 % autonome grâce à une recharge solaire. En ajoutant des détecteur de présence de l’animal sur les points de passage, la balise émet uniquement lorsque l’animal se présente, ce qui permet de réduire les nuisances sonores et d’éliminer les phénomènes d’accoutumance. Cette balise peut protéger de 3 à 18 hectares en fonction du type d’émetteur choisi et de la configuration du site.

Notre habilitation électrique nous permet la mise en œuvre des systèmes et leur maintenance.

Sangliers